La nouvelle année nous amène des nouveautés dans la réglementation de la Direction générale du trafic (DGT). Ces mesures, qui ont été approuvées en mars 2021, entrent en vigueur en mars de cette année.

Nous vous détaillons ci-dessous toutes les nouveautés et les conséquences qu’entraîne la violation de cette réglementation.

Les 8 nouveaux systèmes homologués par la DGT

Avec l’arrivée des nouvelles technologies, les véhicules intègrent de plus en plus de dispositifs qui facilitent la conduite, notamment en matière de sécurité.

1. Adaptation intelligente de la vitesse (ISA). C’est un limitateur automatique de la vitesse du véhicule qui fonctionne à partir de la lecture des signaux routiers.

2. Alerte de circulation transversale arrière. La plupart des nouveaux véhicules sont équipés de ce dispositif en série. C’est une aide munie de capteurs et de caméras qui s’active lorsqu’on met la marche arrière.

3. Éthylotest anti-démarrage. Toutes les voitures seront obligées d’intégrer un système de blocage indiquant le taux d’alcool du conducteur.

C’est une mesure qui est déjà utilisée dans les pays scandinaves et qui oblige le conducteur à faire un éthylotest pour pouvoir démarrer sa voiture.

C’est une mesure pour l’avenir car nous ne sommes pas encore obligés d’installer le système, mais nous devons veiller à ce que notre voiture puisse l’intégrer à l’avenir.

4. Détecteurs de distraction et de somnolence. Une caméra intérieure surveillera et étudiera le comportement de nos yeux afin de déterminer si le conducteur s’endort ou se distrait et émettra un signal pour le prévenir.

6. Boîte noire. Bien connu dans les avions, ce dispositif devra être intégré dans les voitures afin d’enregistrer les données et de pouvoir déterminer les circonstances d’un accident éventuel.

Les données que conservera ce dispositif seront l’heure et la date d’activation, la vitesse, les révolutions du moteur, l’accélération transversale et longitudinale, l’angle de rotation du volant, l’allumage éventuel des feux et des clignotants, l’activation des airbags, le blocage des ceintures de sécurité et l’existence éventuelle d’une défaillance technique dans les cinq secondes précédant l’accident.

7. Aide au freinage d’urgence. Il se constitue de deux systèmes : un système qui préviendra le conducteur à l’aide d’un signal sonore et/ou visuel de n’importe quel danger se présentant sur sa trajectoire. Le second système sera le freinage automatique du véhicule en l’absence de réaction du conducteur et l’allumage des feux d’arrêt pour prévenir les autres conducteurs.

8. Alerte de franchissement involontaire de file. Le système reconnaîtra les lignes de la voie et nous enverra une alerte si nous franchissons ces lignes de façon inattendue.

Cybersécurité

La présence de véhicules électriques de plus en plus « semi-automatiques » et l’installation future des nouveaux dispositifs à technologie informatique dans les voitures nous obligeront à passer un test anti-hacking pour nous rassurer et éviter le piratage de ces systèmes.

Balises de signalisation V16

Ces balises ont été pensées au départ pour remplacer les triangles de sécurité. Les autorités ont finalement décidé que ces dispositifs ne sont pas homologables et qu’ils ne seront acceptés qu’en complément des triangles de sécurité. Elles souhaitent introduire en 2026 des dispositifs « intelligents » qui seront connectés à une centrale afin d’indiquer visuellement un véhicule en panne et de géolocaliser l’accident de sorte à en informer au préalable les conducteurs qui sont connectés à cette centrale.

Nouveaux radars

Il a été décidé d’installer 16 nouveaux radars tronçons compte tenu du grand succès que ce type de radar connaît actuellement. On a également approuvé l’installation de 10 nouveaux radars « fixes » qui seront rotatifs avec l’installation de différentes cabines à titre de prévention. Certaines cabines abriteront le radar et d’autres seront vides.

Avec ces nouveaux dispositifs, le système comptera 190 radars fixes, 108 radars tronçons et 545 radars mobiles.

En quoi consistent les nouvelles réglementations de la DGT ?

1. Une des mesures qui a suscité le plus de polémique a été la suppression du dépassement de 20 km/h de la vitesse autorisée pour doubler un véhicule.

2. L’utilisation du portable au volant est sanctionnée d’un retrait qui passe de 3 à 6 points du permis de conduire et est considérée comme une infraction grave.

3. La mauvaise utilisation ou la non-utilisation de systèmes de sécurité tels que les sièges pour enfants, les ceintures de sécurité ou encore l’absence de casque sur les motos seront sanctionnées du retrait de 4 points du permis de conduire.

4. Le non-respect de la distance d’un mètre et demi pour doubler un cycliste est sanctionné du retrait de 6 points. Si la chaussée a plus d’une voie, le conducteur devra changer de voie. Sur les voies urbaines, les cyclistes pourront rouler au milieu de la chaussée comme mesure de sécurité.

5. Il est strictement interdit de jeter des objets par la fenêtre sous peine d’un retrait de 6 points du permis de conduire.

6. L’utilisation de véhicules VMP (trottinettes électriques, vélos électriques,…) sur les trottoirs est interdite et la consommation d’alcool sera davantage contrôlée.

7. On pourra décréter des formations obligatoires présentielles en auto-écoles sans qu’il soit nécessaire que le conducteur ait perdu l’ensemble des points.

Quand est-ce que cette nouvelle loi entrera en vigueur ?

Bien que les nouvelles mesures aient déjà été approuvées, nous devrons attendre qu’elles soient publiées au Journal officiel espagnol (BOE). Le délai d’application sera de 3 mois à partir de leur publication, ce qui fait que cette loi entrera probablement en vigueur en mars 2022.