Une étude publiée par l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA) constate que l'Espagne est un des pays européens les moins les impôts prélevés sur le carburant diesel cette année 2019. Parmi les principaux pays de l'Union européenne, l'Espagne il occupe le sixième rang derrière la Bulgarie, le Luxembourg, la Roumanie, la Hongrie et la Lettonie. 

Selon les données fournies par l'ACEA, le pays qui entre actuellement le taux de carburant diesel est au Royaume-Uni avec une moyenne de 651 euros par 1000 litres de diesel, ce fait présente des différences assez remarquables avec d'autres pays comme l'Espagne. Ces taux sont calculés à partir de la rentabilité des taxes de vente, taxes d'immatriculation, les taux de circulation, les péages, les taxes sur les carburants et etc.

Par ailleurs, d'autres pays comme les Pays-Bas mènent le classement de la plupart diesel taxe sur les pays de collection, avec une collection de 778 euros pour 1000 litres, suivie par l'Italie (728 euros / 1000 litres), en Finlande (703 euros / 1000 litres ) et la Grèce (700 euros / 1000 litres).

Dans le cas de l'Espagne, le rapport rappelle que la collecte de cette année des droits d'accise sur la collecte ronde diesel d'environ 379 euros pour 1.000 litres de carburant. Ce qui est seulement 49 euros au-dessus du taux minimum (330 euros) en Europe, qui est ce qui est enregistré en Bulgarie aujourd'hui.

Enfin, les taxes liées à l'automobile atteignent une valeur annuelle à environ 428.000 des millions d'euros apportés par les 15 pays de l'Union européenne dans le cadre de l'ACEA. Ces données sont de 3,5% au-dessus qui ont été compilés au cours de l'année précédente. Parmi ceux-ci presque 430.000 millions, l'Espagne fournit le montant de 28.100 millions d'euros loin de la contribution d'autres pays comme l'Allemagne (92.000 millions); France (79.000 millions); Italie (74,400 millions) et le Royaume-Uni (56.300 millions).